pr2b.jpg

P.R2B

Le Vendredi 14 Janvier 2022 - 20h

 

P.R2B. Pauline Rambeau de Baralon. Dite Rambo, pour les intimes.

Un nom d’androïde pour une musique si singulière qu’elle pourrait venir d’une galaxie parallèle. Pourtant, dans son premier album Rayons Gamma, c’est bien de notre monde que P.R2B parle.

Rayons Gamma, un nom qui répond à son affection de longue date pour le 7e art. Et parce que « ce sont les explosions les plus puissantes de l’Univers depuis le Big Bang », explique Pauline : « Ils sauvent et ils tuent. J’aime l’idée d’un nom qui évoque tout de suite une image, un rayon, une fulgurance. À la fin du film de Paul Newman, De l’influence des rayons gammas sur le comportement des marguerites, une petite fille explique que ces rayons peuvent être dangereux et faire pousser des fleurs. »
 

Née et élevée à Bourges, elle a très tôt envie de jouer, notamment aux côtés de son père guitariste. Parce qu’elle est tombée
amoureuse du son de la clarinette, elle choisit cet instrument à sept ans. D’autres portes artistiques s’ouvrent lorsqu’elle découvre des films d’auteurs, passant quotidiennement ses après-midis à la médiathèque à emprunter des films– dans lesquels elle s’immerge pour conjurer la solitude. Ensuite, ce sera la matière de Lynch et Cronenberg, la poésie de Kitano et l’énergie des comédies musicales, de Broadway à Lars von Trier.

Après le bac,Pauline file à Paris et s’inscrit au cours Florent et en fac de cinéma à la Sorbonne. Trois ans plus tard, elle réussit le concours de la Fémis. Mais sans jamais perdre de vue la musique, dont elle reprend la pratique via un duo de rock garage avec un ami, en mode guitare-batterie. « La musique commence à gronder », se souvient Pauline. Et elle écrit des chansons, beaucoup – il s’agit là de son « endroit le plus intime ». Diplômée de la Fémis en 2016, elle décide de leur donner vie et se fait remarquer grâce à la vidéo d’ « Océan forever », qu’elle réalise elle-même. Chez P.R2B, l’image prend une forme sonore avec la musique et plastique avec les clips : « un perpétuel continuum » d’où naît ce que la scène française a connu de plus intense depuis très longtemps. D’autant que le live est, pour elle, « cet endroit où ça brûle. » Fort.

Dès l’été 2019, il est temps de s’atteler à Rayons Gamma, avec le producteur Tristan Salvati (Angèle, Julien Doré) afin de façonner ce qu’on pourrait qualifier de chanson hybride, nourrie de pop, de punk ou encore de gabber. Une musique « à la fois brute, électronique et organique », résume Pauline. Le prisme des influences se déploie largement : Brigitte Fontaine et Léo Ferré pour la chanson française – dans ce qu’elle a de plus nerveuse. Elle cite les Rita Mitsouko, Patti Smith et PJ Harvey, mais aussi Björk, autre modèle de musicienne qui allie image et son. Pour l’orchestration, l’audace de Moondog et Charlie Parker. Enfin, le rap américain, fort de personnalités qui ont bousculé les codes comme Eminem et Kanye West.
 

L’amour, le mouvement, les petits riens du quotidien, la révolte et l’espoir : c’est ce que chante Pauline au long de ces 12 titres prompts à l’introspection autant qu’au lâcher-prise sur le dance-floor. Rayons Gamma s’ouvre avec « La chanson du bal », talisman inspiré par Peau d’âne et La belle et la bête de Cocteau. Il se ferme sur le fabuleux cri du cœur « Vie de chienne » et, entre temps, nous aura fait vivre de nombreuses variations tant orchestrales que sensorielles. Si, riche d’envolées synthétiques, « Rayons Gamma » affronte le « temps tronqué, rompu » de la pandémie, il veut faire « pousser les roses sur le mal ». Convoquant l’audace des années 80, « La Piscine » est un « moment de jubilation », du Brigitte Fontaine sur de l’Eurodance : « Quand on est si triste qu’on peut danser jusqu’au bout de la nuit, et que pleurer peut remplir une piscine. » Avec la pop dense de «Mélancolie», Pauline chante « une amoureuse qui vient, qui vous aime, qui vous quitte et qui un jour vient sonner à votre porte ». Résonne également une bouleversante déclaration au père qui manque, « Lettre à P ». Sans oublier la sublime ballade « Ma meilleure vie ». « Crier je t’aime », commente simplement Pauline. Elle qui chante d’un timbre digne des plus grandes chanteuses françaises d’antan, qui parle, qui joue de tout – et dont l’instrument signature, l’étonnante clarinette, réchauffe les sonorités synthétiques de l’album. P.2RB, la principale actrice de Rayons Gamma.
 

Au cœur de sa musique, le texte, parfois musclé ou contredit par des orchestrations. Des mots remarquablement ourlés de fils rouges suivent l’existence de Pauline Rambeau comme les nôtres – et celles dont on rêve, aussi. « Je crois que les films ou les poètes ont plus raison que la vie elle-même, car ils la révèlent », dit-elle. P.R2B, plus forte que le réel ? Rayons Gamma nous en offre une preuve éclatante.
 

Après son premier EP «Des rêves», acclamé par la critique en septembre 2020, le nouveau single de P.R2B «Mélancolie» sort le 16 juin prochain.

Quant à l’album «Rayons Gamma», rendez-vous à l’automne prochain !