top of page
blankass site.jpg

BLANKASS

Mercredi 15 Décembre 2023
 

20h00

« Flash Forward » comme se plaisait à écrire leur prestigieux parrain de chanson, l’irremplaçable Serge : Grande braderie, Lille, 6 juin 2003, backstage. Johan accorde sa guitare, il parle du trac et de ses effets. À un mètre de là, harnaché d’un accordéon de plus de 8 kilos Guillaume saute sur place. Trois minutes plus tard ils électrisent 20 000 personnes.

C’est tout ça BLANKASS : calme et tempête.

Deux frangins, Guillaume, blond comme la «couleur des blés», c’est l’auteur-chanteur, et Johan, brun comme Keith. Lui, c’est le guitariste compositeur.

Deux frangins insolents qui, du haut de leurs 10 ans toisent avec un sourire malicieux ce « vieux » qui sera le premier à les interviewer sur une chaîne nationale : Michel Denisot. Nous sommes, cette fois-ci, en 1983.
Pendant huit ans, ils sillonneront le territoire et les pays alentours pour inonder les scènes « punk » de leur insolence sous le nom de « Zéro de Conduite ». En chemin ils rencontreront Bono et The Edge, qui leur proposent de venir en Irlande enregistrer avec eux, Gainsbourg, qui les prendra sous son aile en devenant leur « parrain » et même les Clash dont ils assureront la première partie à l'Espace Balard. De quoi construire de sacrés souvenirs, certes, et grandir aussi.

1991, dangereusement calés sur la banquette arrière d’un taxi qui file à 140, sans lumière, sur une autoroute algérienne, ils décident que les petits punks doivent changer.
Zéro de Conduite est mort, mais « À jamais fixé sur le bloc-notes de leur mémoire » dirait Serge, encore lui.

BLANKASS débarque sur les ondes trois ans plus tard, est nommé dans les découvertes des Victoires de la Musique en 96 et dans la catégorie groupe de l’année en 98.

24 ans, 6 albums, des centaines de concerts et rencontres plus tard, nous voilà à Paris, quartier République. Il pleut et fait froid. Nous sommes le 22 janvier 2020 et c’est le lancement de la tournée faisant suite à la sortie de « C’est quoi ton nom ? ».
La chanson titre passe en boucle sur la bande FM. L’Alhambra est sous le charme et les compteurs au vert. La tournée de printemps se présente bien. Jusqu’à l’annonce d’un confinement. La planète entière rentre à la maison. Pour les garçons ce sera, un peu à contrecœur au départ, normal, leur campagne berrichonne adorée.

bottom of page